Il était une fois... Trois troubadours d'Helsinki: le vocaliste et batteur Tuomo Lassila, le bassiste John Vihervä et le guitariste Staffan Strahlman, qui décidèrent de fonder un groupe répondant au doux nom de Black Water, puis Stratovarius, savant mélange des mots stratocaster et stradivarius, en 1984.

La musique des débuts était bien différente de celle de maintenant. Les influences les plus marquantes étaient issues de groupes tels que Black Sabbath ou encore Ozzy Osbourne, tandis que celles de Staffan, le guitariste, baignaient dans un milieu plutôt classique.
Peu de temps s'écoula après qu'un 1er changement de line-up eut lieu (et cela n'allait pas être le dernier, loin de là!): John quitta le groupe vers la fin de l'année, et fut remplacé par le bassiste Jyrki Lentonen. Ce dernier avait précédemment joué auprès de Timo Tolkki dans un groupe nommé Road Block.

1985: un nouveau mouvement de groupe se profila à l'horizon, et Sir Staffan ne souhaitant plus jouer avec Stratovarius, partit définitivement une semaine avant le concert de Aalborg, au Danemark. Cet événement soudain aurait pu déclencher une vraie panique, mais Tuomo Lassila eu l'idée de génie de contacter dans la foulée Timo Tolkki pour lui demander de rejoindre le groupe. Le nouvel acolyte apprit très vite toutes les chansons enregistrées sur une cassette, et, après quelques répétitions, nos comparses s'envolèrent pour le Danemark.

Etant donné que Tuomo chantait (non sans quelques difficultés parfois) et jouait de la batterie en même temps, il était logique que le recrutement d'un nouveau chanteur se fit rapidement sentir. Les vocalistes de qualité étant peu nombreux et habitant souvent aux confins de la Finlande pour la plupart, ce fut Timo Tolkki qui s'attela à la tâche. A cet instant précis, la musique pris une tournure proche de celle que nous connaissons aujourd'hui: très mélodique et hautement influencée par la musique classique. Ce dernier apporta ses influences: Blackmore, Rainbow et la musique baroque. Le groupe enregistra et donna davantage de concerts sur Helsinki, tandis que la 1ère démo vit le jour en 1987, sous ce line-up.

Les démos furent envoyées dans diverses maisons de disques en Finlande, dont CBS Finlande qui se proposa de signer nos chers musiciens après avoir apprécié leur performance lors d'un concert au Taviasta club d'Helsinki.

A ce moment-là, Stratovarius recruta un claviériste en la personne d'Antti Ikonen. Le groupe enregistra enfin son 1er disque Future Shock/Witch Hunt en 1988, suivi d'un autre single Black Night/Night Screamer au commencement de l'an 1989. Au final, le 1er album tant attendu, intitulé Fright Night, arriva dans les bacs en mai de cette même année.

Nos cinq comparses donnèrent beaucoup de concerts durant l'été et l'automne 1989, et participèrent aux Géants du Rock, un énorme festival de plein air à Hämeelinna aux côtés d'Anthrax et pleins d'autres groupes de renommée internationale. A la suite de ce grand évènement, le second bassiste Jyrki Lentonen quitta le groupe.
Il fallait, malgré cet épisode où le destin semblait se répéter (déjà 3 départs en quelques années), continuer sans relâche le travail de composition. Ce fut ainsi qu'une nouvelle démo fut enregistrée début 1990. Cependant, CBS perdit tout intérêt à sortir un nouveau disque de Stratovarius. Le groupe n'abandonna pas, répéta énormément et composa de nouvelles chansons qui au final furent enregistrées pour donner suite à la 1ère galette.
Beaucoup de temps s'égraina sans que le groupe n’obtienne aucun autre nouveau contrat, et dut alors par la force des évènements auto-financer ses propres enregistrements. Timo joua d'abord toutes les parties de basse, puis, ce fut la découverte d'un nouveau bassiste Jari Behm, imagé à l'intérieur de la pochette de Twilight Time qui jouait en fait sur ce second opus. Très vite, Jari dut prendre congé de Stratovarius, parce que son jeu de basse ne correspondait pas du tout au style que les autres musiciens s'étaient forgés.

Le second album nommé Stratovarius II sortit en Finlande début 1992. A ce stade, il était nettement clair que le marché musical pour nos troubadours se trouvait hors de son pays d'origine. Une multitude de cassettes furent envoyées à travers le monde tandis que des compagnies de disques sans scrupules voulaient signer le groupe après avoir entendu le morceau Hands of Times. Ce monde ne manquait pas de rapaces à l'affût de la moindre proie musicale naïve, susceptible apporter le moindre sesterce. Finalement, la décision fut prise et Stratovarius II sortit sous une nouvelle pochette et un nouveau nom, Twilight Time, en octobre 1992 à travers toute l'Europe. Le marché nippon commença rapidement à se délecter de copies spécial import et l'album se retrouva durant 5 mois dans le top 10 des disques importés au Japon. Ce disque devint la meilleure vente d'album import dans ce pays en 1993. Le groupe obtint par la même occasion un gros contrat d'enregistrement avec JVC Victor Entertainment au Japon, qui sortit Twilight Time en juillet 1993. Timo Tolkki s'envola pour la 1ère fois au pays du soleil levant, afin de faire de la promotion du disque mais aussi de découvrir que la popularité des groupes était très étendue avec des fans plutôt enthousiastes. Puis, le temps se partageait entre la recherche d'un nouveau label et l’écriture de nouveaux titres, tandis que, parallèlement, Stratovarius enregistrait de nouvelles chansons tout au long de l'an 1993.
L'aventure continuait: un nouveau bassiste, le nommé Jari Kainulainen rejoignit le groupe tandis que les nouvelles compositions étaient déjà enregistrées à près de 70%. Au même moment, Tuomo Lassila se blessa gravement aux deux mains et ne put alors plus jouer de batterie durant près de 8 semaines. L'enregistrement fut complété par le batteur Sami Kuoppamäki qui joua sur 4 titres.

Enfin, la 3ème galette Dreamspace sortit dans le monde entier entre février et mars 1994. Cet album passa largement le cap des critiques, et emporta avec lui la popularité du groupe à un niveau différent, pour ne pas dire supérieur. Il contenait la plupart des classiques de Stratovarius tels que Dreamspace, 4th Reich et Chasing Shadows pour n'en nommer que quelques-uns.
En juin, le groupe fit une tournée japonaise pour la 1ère fois en tête d'affiche, en donnant des concerts à Tokyo, Osaka et Nagoya, et rencontra ses fans. En Finlande, ils ne donnèrent qu'un seul concert au désormais légendaire Shadow Club d'Helsinki, avant de partir à la conquête du pays du soleil levant. Ce fut alors la 1ère performance live de Jari Kainulainen avec Stratovarius.

Après l’écriture de nouvelles chansons entre le printemps et l'été 1994, le groupe entrait une nouvelle fois en studio, avec un très bon feeling au feeling rapporté de la tournée japonaise. Timo Tolkki réalisa son rêve de longue date: enregistrer son 1er album solo Variations and classical Themes qui sortit en octobre 1994. Que du bonheur en perspective! En parallèle, Stratovarius passa tout l'été de cette année là en studio afin de terminer son 4ème opus, qui s'avèrerait bien être le 1er d'une belle série d'œuvres d'arts si magnifiquement composées.

Arrivé à ce stade, Timo Tolkki décida que son rôle de chanteur n'était plus d'actualité, et que le groupe devrait trouver son propre chanteur afin que le son de sa musique prenne une autre dimension. Plusieurs annonces furent publiées dans les journaux musicaux locaux, puis quelqu'un se souvint d'un gars de Läppäjärvi, en Finlande, qui avait approché le groupe un an et demi auparavant. Timo Tolkki passa un coup de fil à Timo Kotipelto et une audition fut organisée. Le groupe jamma sur quelques chansons et, quand le musicien lança ses 1ères vocalises, tout le monde sut qu'il serait le nouveau chanteur. Ce fut la révélation pour tous!

La voix de Timo pouvait être reconnue parmi tous les autres groupes et une 4ème réalisation, Fourth Dimension vit le jour. Le titre de l'album résume tout, et la musique, les chansons donnaient quelque chose de totalement différent comparé au passé, mais aussi un style musical de Stratovarius qui rappelait le true metal. Fourth Dimension sortit à travers le monde en mars 1995, et dépassa du double les ventes de Dreamspace. L'apogée commença réellement.

C'est ainsi que nos cinq troubadours tournèrent intensément à travers toute l'Allemagne, la Suisse, la Hollande, la Finlande, la Grèce et le Japon. Après tout ces concerts, nouveau congé: Tuomo Lassila et Antti Ikonen, membres de longue date quittèrent le groupe bien malgré eux. Plusieurs raisons à ce changement de line-up: les causes les plus importantes étant d'ordre médical ainsi que des divergences musicales. Nos deux comparses ne pouvaient plus jouer ce qui se tramait désormais dans l'esprit de Timo Tolkki.

Après le succès de Fourth Dimension, Timo Tolkki et Timo Kotipelto souhaitèrent que Stratovarius prenne une tournure musicale plus élevée. Un nouveau batteur, Jörg Michaël, et un nouveau claviériste, Jens Johansson, intégrèrent alors le groupe.

Le mixage des bandes du 5ème album Episode eut lieu aux studios Finnvox d'Helsinki. Cette rondelle fut une fois de plus un grand pas en avant pour nos acolytes. Les sons respectifs de Johansson et Michaël apportant de la fraîcheur, le résultat fut dramatique, mélodique et symphonique pour cet album de métal. Aussi, pour la 1ère fois, un choeur de 40 chanteurs et un orchestre de cordes de 20 musiciens furent utilisés. L'album contient des classiques de Stratovarius comme Father Time, Eternity et Will the Sun Rise?.

L'opus suivant, Visions, sortit en avril 1997, et déploya dans la foulée une longue et intensive tournée tandis que l'évènement Stratovarius s'étendit dans les coeurs des fans du monde entier.
Visions devint disque d'or avec 20 000 copies vendues en Finlande, et tout ceci fut fêté au Taviasta Club d'Helsinki le 10 juin 1998 avec une petite soirée organisée avec en prime un concert spécial incluant quelques chansons rarement interprétées.

Durant la tournée Visions, Stratovarius enregistra son 1er album live, un double CD Visions of Europe, qui sortit plus tard en mars 1998. Encore un album qui connut un succès total, aussi bien de la part des critiques que des ventes réalisées.

En avril 1998, Stratovarius commença à répéter dans son nouveau studio les morceaux de sa 7ème réalisation Destiny. Ce disque fut enregistré aux studios Finnvox entre le printemps et l'été 1998, tandis que la date de sortie était prévue le 5 octobre de la même année.

Aussi étrange que cela puisse paraître, l'album Destiny est entré dans les charts finlandais à la 1ère place, le jeudi précédant la sortie de l'album, soit une semaine avant sa sortie officielle. L'avenir nous montrera si nous verrons une autre fête en l'honneur d'un nouveau disque d'or de Stratovarius sorti dans la même année.

1999: nous vîmes encore Stratovarius dépasser le cap du disque d'or avec Destiny, et ce fut bien le signe de merveilleuses choses qui seraient encore à venir. Enfin presque. Nous verrons cela ultérieurement dans notre récit.

Vers la moitié de cette année-là, le groupe mit en route son nouvel album studio qui sortit le 28 février 2000, sous le label Nuclear Blast.
Les prévisions à travers Infinite étaient gigantesques et s'étaient déjà vérifiées auparavant. Encore un opus empli de succès mondial.
Vers la fin 2000, Stratovarius réalisa la tournée la plus longue jamais entreprise jusqu' alors, et la plus gratifiée de succès, promouvant l'album Infinite, que nos musiciens accomplis auront défendu devant plus de 300 000 personnes.
Peu après la fin de cette énième aventure, les gars décidèrent de faire un break pour une durée indéterminée. Deux des membres du groupe eurent la chance de travailler sur leurs albums solos respectifs: Timo Tolkki et Timo Kotipelto, pour ne citer qu'eux. Une face B rare, un bonus track – mix nommé Intermission et incluant 4 nouveaux titres, sortit en 2001 pour boucler la boucle, jusqu'à ce que le nouvel album sorte et soit suivi d'un choix très sélectif de festivals où le groupe s'affichera en été 2001.

Après une pause d'un an bien méritée, le groupe rejoignit le studio en été 2002 afin de travailler sur leur album à venir, Elements pt. 1. À en croire les avis des musiciens, l'album représentera la musique la plus mélodique et la plus épique que le groupe n’ait jamais enregistrée. Il sortit le 27 janvier 2003, suivi d'une autre tournée mondiale qui commença, elle, le 19 mars en Finlande. Dans ce même temps, Elements pt 2 vit le jour. Beaucoup d'avis divergèrent quant à la qualité musicale de ce dernier, moins élaborée que le 1er.

Suite à cela, le groupe se sépara dans des conditions un peu sombres (temporairement pour cette fois-ci), le temps de découvrir qu'un de ses membres était relativement souffrant. Les autres gars ayant compris qu'ils devaient faire face à cet événement, décidèrent d'enterrer la hache de guerre en se reformant, pour le plus grand plaisir des fans. Entre temps Jari Kainulainen le bassiste quitta le groupe et fut remplacé par Lauri Porra, connu pour avoir joué dans d'autres groupes tels que Sinergy ou encore TunnelVision.
S'en suivit l'album Stratovarius, qui profila une nouvelle tournée, avant une séparation définitive d'avec l'un de ses membres, Timo Tolkki, suite à de nouveaux évènements que je ne mentionnerai pas ici ni nulle part ailleurs.

2008: le guitariste décide de léguer tous ces droits d'auteurs à ses comparses qui continuent toujours sous le nom de Stratovarius avec l'autorisation de ce dernier. Timo Tolkki lance son nouveau projet musical sur la route: Revolution Renaissance, tandis que Jörg, Jens, Lauri et Timo Kotipelto recrutent un nouveau gratteux en la talentueuse personne de Matias Kupiainen.